Maltais déballe ses priorités dans Taschereau

Véronique
Véronique Demers
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Santé mentale et aide aux prostituées au cœur des priorités

Malgré le redécoupage de la carte électorale lui ayant fait perdre le Vieux-Limoilou mais gagner à la fois Saint-Sacrement, Agnès Maltais affirme qu’elle un à deux milliers d’électeurs de plus que lors de la dernière élection provinciale.

La candidate péquiste Agnès Maltais (au centre), entourée de bénévoles de sa formation politique dans Taschereau. (Photo Véronique Demers)

Elle se dit confiante de l’emporter une fois de plus et affirme être bien entourée, en plus de son équipe, de plusieurs bénévoles. «J’ai une machine électorale dans Taschereau. (…) Les gens sont dérangés que ce soit l’été, mais ils ont envie de voter. C’est un bon signal», juge celle qui va s’attaquer principalement à la santé, la lutte à la pauvreté et à la culture.

En matière de santé, la candidate péquiste juge qu’il faudra d’abord créer plus de groupes de médecine familiale avant d’élargir les heures d’ouverture des CLSC. «C’est dans le réseau public qu’on va trouver des solutions», a-t-elle martelé, en entrevue, mardi.

Projets Sherpa et LUNE

Le projet Sherpa (de l’organisme P.E.C.H.) est l’une des priorités de Mme Maltais. Celle-ci indique que le financement doit être débloqué pour assurer la mise en place de ressources à temps plein. «Ça peut représenter entre 150 000 et 300 000$, évalue-t-elle, mais en ce moment, il n’y a pas d’engagement ferme du gouvernement ni de l’Agence de la santé.»

L.U.N.E., piloté par le Projet intervention prostitution Québec (PIPQ) est un autre cheval de bataille auquel la députée sortante compte s’attaquer. «Je voudrais aider à consolider le PIPQ, de manière à y intégrer le projet L.U.N.E., qui offrirait de petites chambres sécuritaires pour les prostituées, les sortir de la rue», détaille Mme Maltais.

Même si le Squat basse-ville existe déjà, les difficultés financières que vit l’organisme dans son édifice flambant neuf sont parvenues aux oreilles de la députée péquiste, qui promet d’aider les jeunes.

De plus, Agnès Maltais souligne être fréquemment en contact avec le directeur général du Centre communautaire Durocher, Pierre Morin, à propos de son projet de centre communautaire multifonctionnel, incluant une piscine et une salle de projection. «On travaille pour explorer les meilleures pistes de solution possibles. Pour l’instant, ils veulent rester au même endroit. Il faudra voir à quel prix ça va se faire», prévient-elle.

Responsabilité municipale

Mme Maltais a souligné que ses adversaires étaient remplis de bonnes intentions dans leurs priorités, mais que certains devaient d’abord évaluer le palier gouvernemental ou la pertinence avant de les mentionner.  

«Serge Roy veut s’occuper des Écolobus, mais c’est une responsabilité municipale. Il sera au bon endroit s’il se présente comme conseiller municipal. Quant à M. Gignac, qui mentionne le plan Nord comme priorité, il n’a aucune idée de l’endroit où il est. Il fait une terrible erreur», commente Mme Maltais.

Élue depuis 1998 dans la circonscription de Taschereau, la députée péquiste affirme ne prendre jamais les gens pour acquis. «S’ils m’accordent leur confiance, je vais en être digne», conclut-elle.

Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Québec Hebdo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires