Opération séduction dans le quartier Saint-Sauveur

Véronique
Véronique Demers
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Programmes bonifiés pour les commerçants

La Ville de Québec vient de bonifier plusieurs programmes dans le quartier Saint-Sauveur – dont celui de rénovation de façades donnant sur une artère commerciale – en espérant attirer de nouveaux commerçants et combler ainsi les espaces vacants, notamment sur la rue Saint-Vallier Ouest.

Le coût maximum admissible des travaux est rehaussé de 80 000$ à 100 000$ et la subvention de 50% à 75%. Quant à la durée des travaux, une extension permettra aux commerçants de les échelonner sur une période allant jusqu’à 36 mois au lieu de 24 mois. Et si le projet ne se réalise pas, les honoraires professionnels d'architecte peuvent être remboursés

«C’est une question de semaines ou de quelques mois avant que le programme se mette en place», a indiqué le président du Regroupement des gens d’affaires du quartier Saint-Sauveur (RGAQSS), Marc Gagnon. «Ça faisait une vingtaine d’années qu’il n’y avait pas eu de changement. La subvention n’était presque pas utilisée», a-t-il souligné lors d’une rencontre d’affaires à l’Hôtel du Nord, intitulée «Investir à Saint-Sauveur, c’est payant!».

M. Gagnon espère que le visage du quartier Saint-Sauveur sera transformé d’ici un an ou deux, avec la venue de nouveaux commerces de proximité, comme des boulangeries, des boucheries, des boutiques et cafés.

Le «petit frère» de Saint-Roch

Le maire de Québec Régis Labeaume, présent à la soirée, croit que Saint-Sauveur est le quartier où il faut investir en ce moment. «On est sur le point de déborder dans Saint-Roch. C’est devenu cher d’y habiter. De plus en plus de jeunes "tekkies" risquent de s’installer dans Saint-Sauveur. C’est peut-être le nouveau quartier 2.0», a-t-il illustré.

Rappelons que l’administration Labeaume procède à une refonte du zonage, afin de freiner l’étalement urbain et permettre aux résidents d’habiter le plus possible au centre-ville. «On a déjà identifié, dans les limites de la ville, de la place pour 74 000 unités d'habitation», a ajouté le maire de Québec. De 2002 à 2011, 756 nouveaux logements ont vu le jour dans le quartier voisin de Saint-Roch.

Valeur foncière accrue

Christian Marcon, du Service du développement économique à la Ville de Québec, a mentionné que Saint-Sauveur représente «un laboratoire fantastique pour aller plus loin dans les projets d’architecture» et que le verdissement des façades représente un besoin important dans le secteur.

M. Marcon a souligné le potentiel de croissance de Saint-Sauveur: «De 2002 à 2011, 1800 permis de construction ont été émis. Pour les artères commerciales, la valeur foncière a davantage augmenté que d’autres artères. Et la croissance de la valeur foncière a été de 76% par rapport à 72% dans le reste de la ville de Québec.»

Un bilan de ces programmes devrait avoir lieu lors de la prochaine assemblée générale annuelle du Regroupement, prévue en février 2013.

Cliquez ICI pour obtenir plus de détails sur le Programme de rénovation de façade donnant sur une artère commerciale.

Groupe Québec Hebdo.

Le quartier Saint-Sauveur, c’est…

- 15 600 résidents - 12 000 travailleurs - Plus de 200 établissements - Le seul quartier en croissance de La Cité-Limoilou entre 2006 et 2011 - Revenu moyen de 40 000$, soit légèrement plus bas que le revenu moyen à Québec (40 300$)

Organisations: Service du développement, Regroupement

Lieux géographiques: Quartier Saint-Sauveur, Québec Régis Labeaume, Saint-Roch Hôtel du Nord La Cité-Limoilou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires