Qui est Marie-Michelle Genois?

Audrey
Audrey Tremblay
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Elle mesure 6 pieds 2 pouces. Elle est blonde. Elle excelle au basketball universitaire sur la scène nationale et internationale. Puis elle a maintenu la plus haute moyenne scolaire parmi toutes les athlètes féminines de pointe du Québec. Portrait de Marie-Michelle Genois, une jeune femme du Vieux-Québec qui a de quoi donner des complexes!

Qui est Marie-Michelle Genois?

«J’ai des défauts aussi, ricane la jeune femme de 22 ans. Je suis très exigeante. Parfois trop!»

Qu’importe, Marie-Michelle Genois du Rouge et Or de l’Université Laval a bien raison de sourire. Elle vient tout juste de décrocher, pour une deuxième année consécutive, le prix d’étudiante-athlète ayant conservé le meilleur dossier scolaire.

Un prix remis le 25 novembre dernier, par la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec.

Et voilà un honneur bien mérité : joueuse par excellence au Québec en 2007-2008 et membre de la première équipe d’étoiles canadienne, l’étudiante en biochimie a maintenu une impressionnante moyenne de 4,07 sur 4,33 l’an dernier.

Elle ne cache pas sa joie d’avoir été nommée meilleure étudiante-athlète. «Je suis très fière, dit-elle. D’habitude, j’affiche toutes mes plaques sur un mur chez mes parents. Mais pas ce trophée-là. Il est à mon appartement, tout près de celui que j’ai gagné l’an dernier. Je veux le voir souvent, car il récompense mes efforts à l’école et sur le terrain. C’est une question de discipline, de motivation et de gestion d’horaire.»

Ses débuts

Originaire de Cap-Santé dans Portneuf, Marie-Michelle a découvert le basketball à l’âge de 16 ans. Il y a à peine six ans!

Elle est tombée amoureuse de ce sport par hasard. «J’étais sportive depuis l’enfance. J’avais pratiqué le karaté, la natation, le soccer, le hockey… Mais pas le basketball. Ça ne m’attirait pas. Au secondaire, on me sollicitait chaque année pour faire partie de l’équipe parce que j’étais grande et sportive, mais c’était toujours non.» «Puis, en secondaire quatre, j’ai accepté de participer à une pratique pour acheter la paix… mais j’ai adoré ça!»

L’année suivante, elle faisait déjà parti des 15 meilleures joueuses de la province, admises au programme de sports-études de la Polyvalente de Lévis, aujourd’hui appelé Pointe-Lévy.

Elle a ensuite évolué avec l’équipe AAA des Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy, avant de joindre les rangs du Rouge et Or de l’Université Laval, il y a trois ans.

Durant toutes ces années, les honneurs se sont multipliés : quatre fois Athlète féminine de la semaine entre 2006 et 2008, Recrue de l’année au Québec en 2006-2007, Joueuse par excellence au Canada du réseau collégial en 2005-2006… En fait, impossible de tous les nommer.

Mais les récompenses ne viennent pas sans effort. L’athlète, qui évolue comme centre-ailier, consacre une vingtaine d’heures au sport par semaine.

Avenir

À quoi rêve Marie-Michelle Genois maintenant? D’abord sur le plan sportif, elle ambitionne de participer aux Jeux olympiques de 2012, à Londres. Du rêve à la réalité, il n’y a qu’un pas : la jeune femme gravit les échelons au sein de l’équipe canadienne depuis trois ans.

Puis, sur le plan personnel, la championne souhaite compléter son baccalauréat, puis amorcer une maîtrise en biologie moléculaire en mai prochain. «Je vais faire de la recherche sur le cancer, raconte-t-elle. Et si j’aime ça, je ferai peut-être le doctorat.»

Organisations: Université Laval, Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, AAA des Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy

Lieux géographiques: Québec, Portneuf, Canada Londres

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires