Sections

Une année record pour le Mois de l’archéologie


Publié le 11 juillet 2017

Caroline Nantel et Marie-Jacinthe Roberge.

©(Photo TC Media – Charles Lalande)

Parole de Marie-Jacinthe Roberge, directrice générale d’Archéo-Québec : la popularité de l’archéologie ne cesse de croître dans la Belle Province. Preuve à l’appui, la 13e édition du Mois de l’archéologie se dirige tout droit vers un record de participation.

L’événement, dont le thème est Découvrez-vous, se tiendra du 1er au 31 août. Plusieurs activités sont organisées dans près de 75 lieux où des dizaines d’archéologues, interprètes et spécialistes partageront leurs recherches et leurs interrogations aux visiteurs. Des fouilles publiques et simulées sont également à l’horaire.

«L’archéologie en révèle tant sur nos ancêtres, qui avaient des modes de vie, des origines, des cultures, des croyances et des horizons très différents», a lancé Mme Roberge.

Caroline Nantel, directrice générale à Pointe du Buisson, le musée québécois d’archéologie, affirme quant à elle qu’il s’agit d’un «symbole important dans notre histoire».

Un porte-parole

Jérôme Couture vient de lancer un nouvel album de sorte qu’il est très occupé par sa tournée aux quatre coins du Québec. Malgré cela, il n’a pas hésité à accepter, pour une troisième année de suite, le titre de porte-parole de ce mois mettant en vedette l’étude des civilisations anciennes.

«L’archéologie nous permet de retracer la vie quotidienne de nos prédécesseurs et nous permet ainsi de revivre des siècles, voire des millénaires de rencontres, d’échanges, de métissages et d’ancrages, qui ont eu lieu ici même, au Québec», a dit le chanteur par voie de communiqué, étant donné qu’il était absent à la conférence de presse.

Il est plutôt rare de voir un porte-parole avec un agenda aussi rempli poursuivre son association avec le même événement au fil des années. À écouter Mme Roberge, nul doute que Jérôme Couture ne donne pas le choix aux organisateurs : «Dans ses temps libres, il visite des musées, écoute des documentaires et lit des livres sur le sujet. Il est un véritable passionné.»

Québec Hebdo