La cause du policier Simon Beaulieu sera entendue l'automne prochain


Publié le 10 janvier 2017
Le policier Simon Beaulieu, avec son avocat Me Maxime Roy. (Photo TC Media - François Cattapan)

TRIBUNAL. Accusé de conduite dangereuse et de négligence criminelle ayant causé la mort, Simon Beaulieu subira son procès à l'automne 2017. Le policier de la Ville de Québec était au volant de l'autopatrouille qui a percuté le cycliste Guy Blouin, le 3 septembre 2014, lors d'une intervention visant à l'intercepter qui a mal tourné.

Au terme d'une conférence de gestion tenue mardi au palais de justice, le juge coordonnateur Jean-Louis Lemay a convoqué les parties le 16 octobre prochain. Prévu pour s'échelonner sur cinq jours, le procès se tiendra devant juge seul. Chaque partie prévoit présenter plusieurs témoins, soit sept pour la Couronne et possiblement quatre pour la Défense.

Pouvant paraître éloignée, la date arrêtée par le juge Lemay tient compte des horaires chargés des avocats, mais aussi de certains délais dans la divulgation de la preuve. Il a aussi considéré les doléances de Me Maxime Roy en Défense, qui a fait valoir qu'il serait difficile à son expert d'étayer son rapport de contre-expertise de la reconstitution de la scène du crime avant l'été.

À court terme, trois éléments importants dans la divulgation de la preuve restent à être transmis par la Couronne à la Défense. Il s'agit de photos judiciaires, des notes de rapport des policiers et de fichiers informatiques se rapportant aux éléments techniques du dossier. Le procureur Me Michael Bourget a justifié le retard par le fait qu'il a été retenu pendant six semaines dans une autre cause, suivi des vacances des Fêtes. Il voulait prendre connaissance des éléments de preuve avant leur divulgation.

Certaines admissions de faits par la Défense devraient permettre de tenir le procès sur une semaine plutôt que les deux initialement prévues. C'est le cas, notamment, du rapport pathologique sur la cause du décès, ainsi que du fait que la mort de la victime a été occasionnée par le franchissement du véhicule sur le corps, de même que de la relative protection de la scène du crime bien que les véhicules ont été retirés puis replacés.

Rappel des faits

Simon Beaulieu conduisait l'autopatrouille qui a percuté à mort Guy Blouin, le 3 septembre 2014, à l'occasion d'une interception qui a mal fini dans le quartier Saint-Roch. Le policier faisait marche arrière lorsqu'il a heurté la victime qui circulait à vélo en sens inverse sur la rue Saint-François Est, près du parvis de l'église.

Le cycliste Guy Blouin s'est retrouvé sous le véhicule policier et a succombé à ses blessures peu de temps après son arrivée à l'hôpital. C'est le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui a porté des accusations dans ce dossier, à la suite d'une enquête de la Sûreté du Québec.

Québec Hebdo