Yvon Bussières quitte le Renouveau municipal de Québec


Publié le 5 septembre 2008
Yvon Bussières quitte le RMQ, mais pas la politique. Au contraire, puisqu'il entend solliciter un autre mandat à titre de conseiller du district Saint-Sacrement en 2009. (Photo Frédérick Masson)

Le conseiller de Saint-Sacrement Yvon Bussières a semé une certaine consternation lors de la dernière séance du conseil municipal en annonçant qu'il quittait les rangs du Renouveau municipal de Québec (RMQ), désirant ainsi poursuivre l'aventure à titre d'indépendant.

Dernier pilier du parti, lui qui en a été l'un des fondateurs en 2001, Yvon Bussières ne se défile pas lorsque vient le moment d'expliquer sa décision. Celui qui siège à la ville de Québec depuis 1993, d'abord au sein du Rassemblement populaire (avant les fusions) puis avec le Renouveau municipal de Québec (depuis 2002), justifie son choix en mentionnant qu'il n'avait tout simplement plus l'énergie et la motivation nécessaires pour poursuivre l'aventure à l'intérieur du parti. «Après le caucus de la rentrée, tenu à la fin août, j'ai amorcé un important processus de réflexion, soutient-il. Les derniers mois n'ont pas toujours été faciles et j'avais besoin d'un temps d'arrêt. Plus les jours passaient, plus la réponse s'avérait claire.»

De préciser l'homme de 57 ans, il ne quitte pas le RMQ et plusieurs excellents collègues en claquant la porte. Pas plus que son départ ne doit être perçu comme un désintérêt pour le milieu politique. Loin de là! «J'ai toujours le feu sacré et il est plus ardent que jamais, assure-t-il. Depuis mes tout débuts, mon principal objectif est de servir le plus adéquatement possible les intérêts des citoyens qui me font l'honneur de les représenter à l'Hôtel de Ville. C'est d'ailleurs ce que j'entends continuer à faire jusqu'en 2009 et si l'électorat le veut bien, pour plusieurs années encore.»

Parce que oui, le nom d'Yvon Bussières figurera sur les bulletins de vote des électeurs du district de Saint-Sacrement en 2009. Un district qui aura un nouveau visage, compte tenu des changements prévus à la carte électorale municipale. «Il s'agit d'un beau défi», de souligner le conseiller qui briguera alors les suffrages pour une cinquième fois. À titre d'indépendant, Yvon Bussières devient un agent libre de premier plan pour d'actuelles ou de futures formations politiques. Par son expérience, il représenterait une prise de choix. D'autant plus que les résultats obtenus lors des quatre élections auxquelles il a pris part sont loin d'être à négliger, lui qui a récolté, en moyenne, près de 69 % des appuis. Écoutera-t-il les offres? «Il est trop tôt pour spéculer sur quoi que ce soit. Beaucoup de facteurs seront à considérer si jamais l'occasion se présente», conclut celui qui, faut-il le rappeler, avait appuyé le candidat Régis Labeaume lors de la convention du RMQ de 2001, au terme de laquelle Claude Larose avait été élu chef du parti grâce au ralliement in extremis d'une tierce candidate, une certaine Ann Bourget.

Le départ d'Yvon Bussières s'est inscrit dans une semaine plutôt mouvementée pour le RMQ, qui a également vu le conseiller du district Saint-Émile, Steve Verret, délaisser le navire. Du fait, le parti de l'opposition a perdu sa majorité en salle. À cela s'est ajouté un changement de garde à la direction de la formation politique, alors que le chef Jean-Marie Matte a décidé de céder sa place. Ce dernier sera remplacé de façon intérimaire par le conseiller du district de Maizerets (Limoilou), Alain Loubier.